L’énergie des marées et des courants marins récupérée par…Un cerf-volant!

7 01 2010
L'Hydrowing de SeaKinetics

L'Hydrowing de SeaKinetics

Une hydrolienne quelque peu originale va bientôt s’inviter à l’European Marine Energy Centre (EMEC), en Ecosse, pour effectuer des tests en bassin.

L’Hydrowing de SeaKinetics débarque dans le monde des hydroliennes. Avec ses allures de cerf-volant, celle-ci peut être immergée à des profondeurs comprises entre 25 et 150 mètres, attachée par des câbles d’amarrage.

L’appareil est situé à une profondeur suffisante pour être protégé des navires, des débris et des intempéries tout en tirant une quantité d’énergie optimale.

Le concept de l’Hydrowing intègre une technologie qui lui permet de se placer face au courant, les turbines fonctionnant ainsi dans les meilleures conditions possibles.

Espérons que les tests soient concluants et que la technologie se developpe dans les années à venir.

Sources:

Enerzine, SeaKinetics, EMEC.





Google surveillera bientôt les déforestations

6 01 2010

L’omniprésent Google n’en finit plus de multiplier ses domaines d’activité. En plus de l’annonce du lancement de son propre téléphone, la firme a également révélé un logiciel de suivi des déforestations.

Google met à profit son expertise en cartographie pour produire un logiciel de surveillance des déforestations. Celui-ci n’est pas destiné à un usage lucratif puisqu’il se rajoutera à la liste des activités de Google.org, soit la partie philanthropique de l’entreprise.

Google, Imazon ainsi que le Carnegie Institution for Science ont compilé des données d’images satellites passées et présentes afin d’évaluer les déforestations et de pouvoir en modéliser leur évolution dans le futur.

Une version « Beta-Test » est déjà disponible pour un nombre restreint de partenaires. Une version complète sera probablement disponible dans le courant de l’année. Cette technologie a des chances de devenir un excellent outil de sensibilisation.

Sources:

Enerzine, Google.org.





Parce que notre planète est belle!

25 12 2009

Il est souvent dit que les images parlent plus que les mots. C’est pourquoi cet article sera particulier, il met a l’honneur un site contenant de magnifiques photographies de notre vieille Terre.

EARTH est un blog destiné à montrer la beauté de la planète grâce à laquelle nous existons. Ce lien est dédié à tous ceux qui ont oublié a quel point notre Maison est importante.

La suite ici: EARTH





Ludique: Etes-vous de taille pour lutter contre le réchauffement climatique?

22 12 2009

Copenhague par ci, Copenhague par la…Et si le destin de la planète était dans les mains d’une seule personne, entre vos mains? Deux petits jeux en ligne permettent de tester votre capacité à vous occuper de la planète. Alors qu’attendez-vous?

Voici une présentation de deux petits jeux sur la gestion de l’énergie (serious game écologiques) qui mettent à l’épreuve votre éco-citoyenneté:

Clim’Way:

Clim'Way, Une véritable mini-ville

Clim'Way, une véritable mini-ville

Pour commencer, Clim Way (anciennement Clim City) vous plonge dans une ville à part entière, et vous met au défi d’alléger au maximum son impact sur l’environnement en 50 ans (ici en tours).

Le but initial est d’atteindre 3 objectifs principaux, à savoir de réduire de 75% les rejets de gaz à effets de serre, de diminuer la consommation énergétique de 40% et d’augmenter la part d’énergie renouvelable de 3 à 60%.

Pour arriver à vos fins, vous pourrez responsabiliser les citoyens, développer des centrales solaires, la sylviculture, voter des lois…Clim Way est extrêmement complet.

Ce jeu a été développé par Cap sciences dans l’espoir de sensibiliser le grand public aux problémes écologiques qui se posent actuellement.

Energyville:

Energyville, future catastrophe écologique?

Energyville, future catastrophe écologique?

Dans Energyville, vous ne vous occupez plus que de la production d’energie.

Biomasse, solaire, éolien, nucléaire, vous décidez librement des sources d’énergies alimentant vote ville, mais il faut tenir compte de leur impact economique et environnemental!

Ce jeu a été developpé par une filliale du groupe pétrolier Texaco, qui n’est poutant pas une référence en matière d’écologie…

Je vous souhaite de passer un bon moment à essayer de sauver le monde.

Sources:

Cap sciences, Clim’city Online, EnergethiqueWillyoujoinus.





Stockage de l’énergie: La glace mise à l’épreuve

21 12 2009
La glace conservateur...d energie!

La glace conservateur...d'énergie!

La glace conservera peut être bien plus que vos petits plats surgelés! Une nouvelle solution de stockage de l’énergie pointe son nez afin d’atténuer les pics de consommation.

Tout d’abord, il faut savoir que le stockage de l’énergie est un concept très peu maitrisé. L’avènement des énergies renouvelables l’a mis sur le devant de la scène car l’éolien comme le solaire ne sont pas des sources fournissant de l’énergie en permanence, elles ne sont pas stables.

Cela crée donc des périodes de sous-production, vents trop faibles pour l’éolien ou la nuit pour le solaire, et de surproduction lors des heures dites creuses (entre 2h et 5h du matin).

L’idée de l’entreprise  Calmac serait de produire de la glace pendant les heures creuses à l’aide de leur système « Ice Bank », pour rentabiliser cette surproduction et ainsi anticiper les phases de sous-production. En effet la glace servirait à refroidir les bâtiments le jour, évitant ainsi d’utiliser de l’énergie pour faire fonctionner les climatiseurs.

Ce système pourrait trouver sa place principalement dans les bureaux, hôpitaux ou encore centres commerciaux en promettant 20 à 40% d’économie sur la facture d’électricité.

Sources:

CleanTech Republic, Technologies Propres, Treehugger, Calmac.





Copenhague: Fin du passe-temps, fin d’un espoir

19 12 2009

Quand l’élite mondiale agit de façon aussi responsable que des élèves peu soigneux, forcement, cela donne une copie bâclée.

Un accord, ou plutôt un semblant d’accord, a été signé in extrémis à Copenhague, pour la forme, histoire de ne pas repartir les mains vides. Le texte n’astreint aucun Etat à un réel engagement. Seul point a retenir, le financement.

En effet, les pays dits industrialisés promettent d’apporter une aide collective de 30 milliards de dollars, diluée sur 3 ans, aux pays pauvres. Le montant de cette aide devrait normalement augmenter chaque année pour atteindre 100 milliards de dollars par an en 2020.

Mieux que rien, mais une vraie déception, un véritable fiasco même selon les ONG présentes sur place. Le mot « honte » traine sur toutes les lèvres, et s’affiche dans la majorité des articles concernant la houleuse conclusion de la conférence de Copenhague.

Finalement, l’accord serait destiné à armer un traité contraignant à la prochaine conférence sur le climat, à Mexico, fin 2010….

Donc pourquoi faire le jour-même une chose que l’on peut faire le lendemain? Mais pouvait-on vraiment se permettre de la remettre au lendemain?

Voir aussi: Historique Copenhague.

Sources:

Le Matin, Romandie news, Le Point, Eco 89.





Energie verte: Quand une île montre l’exemple

13 12 2009

Samso, l'ile verte100% d’energie verte, un pari tenu haut la main par Samso, une petite île Danoise d’environ 4.000 habitants, à l’aide d’éoliennes, de panneaux solaires, de chaudières à bois et de biocarburants.

Un projet fou entamé il y a 12 ans de cela lorsque le gouvernement du Danemark a lancé un concours entre 5 îles, le but étant de proposer le meilleur projet concernant les énergies renouvelables. A la suite de la victoire de Samso, les habitants de l’ile se sont démenés pour que le projet soit une réussite.

Car il ne faut pas croire que ce fut facile, les habitants ont investi beaucoup de temps et surtout d’argent, 11 éoliennes pour produire de l’électricité, des panneaux solaires thermiques disséminés sur l’île (qui produisent 75% de la chaleur de celle-ci), un bruleur à copeaux de bois (en soutien), et certains fermiers possèdent du matériel pour produire leur propre biocarburant!

Même si certains jours le vent est trop faible, dans quel cas l’île importe de l’électricité du Danemark, la plupart du temps c’est l’île revend son excédent d’énergie. Ceci compense les lourds investissements de départ.

Alors, pourquoi pas nous?

Sources:

France 2, France Soir.