Ecoquartier: Quand la france rattrape son retard

29 11 2009
plan de l'écoquartier de grenoble

plan de l'écoquartier de grenoble (© AKTIS)

Les écoquartiers, zones urbaines pensées pour réduire au minimum leur impact sur l’environnement, arrivent enfin en France.

Le concept des écoquartiers se répend en Europe depuis plus d’une dizaine années, comme notamment en Suède (à Stockholm, Malmö et Hammarby), en Allemagne (à Hanovre et Fribourg) ou encore en Suisse (Oberwinterthur), où l’on peut voir les exemples les plus aboutis. Mais la France se réveille!

Ainsi, un certain nombre de villes ont entamé leur propre projet voila quelques années, à l’image de Douai, Lyon, Bordeaux, Strasbourg, ou encore Grenoble. Cette dernière vient d’ailleurs de recevoir le grand prix de l’écoquartier 2009 des mains du ministre de l’ecologie et du developpement durable, Jean-Louis Borloo et du secrétaire d’Etat au Logement Benoist Apparu.

Même si certains critiqueront le retard que la France a accumulé dans le domaine des quartiers durables, on ne peut que se réjouir de la multiplication de ce genre d’initiative.

Sources:

Debonne-Grenoble.fr, Charlotteonline’s blog, dd magazine, Actu-Environnement, LeMoniteur.fr, TF1.

Publicités




La caméra thermique débarque chez les pompiers

28 11 2009
Caméra thermique infrarouge

Caméra thermique infrarouge

Hier, dans les Hautes-Pyrénées, pour sauver une habitation des flammes, les pompiers ont fait appel à une nouvelle technologie: une caméra numérique thermique.

Après avoir placé la caméra dans les combles de la maison, les pompiers se mirent à la recherche de tâches rouge vif sur l’écran arrière, synonymes de points chaud dans la réalité qu’il faudra cibler en priorité pour les refroidir le plus vite possible.

Cette technique permet aux soldats du feu de concentrer leur énergie sur ces endroits stratégiques et de maximiser l’efficacité de leur intervention.

Alors la caméra thermique prochain outil à rejoindre la panoplie de pompier?

Sources:

ladepeche.com, pompiers UT54.





CR5: Le CO2 se recycle en carburant!

27 11 2009
Collecteur solaire du CR5

Collecteur solaire du CR5

A ce jour, de nombreuses solutions ont  été envisagées pour se débarrasser de ce gaz encombrant qu’est le dioxyde de carbone, comme le stockage géologique ou en eaux profondes. Et si la solution était tout simplement…de le consommer!

Des scientifiques du Sandia National Labatory ont rivalisé d’ingéniosité pour mettre au point le CR5, autrement dit « Counter-Rotating-Ring Receiver Reactor Recuperator« . Bien que le but initial du système soit de décomposer de l’eau en hydrogène et en oxygène, en y injectant du CO2 provenant d’un point de stockage, il permet d’obtenir les éléments nécessaires pour synthétiser du carburant.

Le prototype est constitué de deux chambres et de plusieurs anneaux rotatifs couverts d’oxyde de fer. L’appareil  produit une réaction thermochimique. En effet, chauffé à 1500°C à l’aide de l’énergie solaire, l’oxyde de fer se trouvant dans les chambres réagit avec le dioxyde de carbone, et le transforme.

Même si l’expérience de cet automne a été concluante, l’objectif du laboratoire reste d’améliorer le système, et prévoit la réalisation d’un nouveau prototype tous les 3 ans, jusqu’à la mise en service officielle qui devrait intervenir dans une quinzaine d’années.

Sources:

Enerzine, L’express, Sandia National Labatory.





Copenhague: L’implication des politiques mise en doute?

27 11 2009

Alors que près de  la moitié des délégations conviées au sommet de Copenhague ont confirmé leur venue, les Francais restent sceptiques quant à l’issue de cette conférence décisive.

En effet un sondage réalisé par l’institut LH2 pour le compte du nouvelobs.com révèle que moins d’un tiers des Francais pensent que le rassemblement de Copenhague aboutira sur un accord international fort, dont seulement une poignée s’estiment très confiants.

On peut compléter les résultats de ce sondage « réalisé par l’institut LH2 pour nouvelobs.com les 20 et 21 novembre 2009, par téléphone, sur un échantillon de 1.002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus » à ceux de « l’avis des internautes » du nouvelobs.com encore en cours, comptabilisant plus de 350 réponses sur l’aboutissement probable du sommet de Copenhague: Moins de 10% des votants penchent pour la possibilité d’un « accord international sur les enjeux climatiques » contre environ 75% qui pensent que cette réunion aboutira sur « de vaines discussions« !

Reste à savoir d’où vient ce manque de confiance.

Sources:

NouvelObs.com, Les Echos.





La pile à combustible: Comment ça marche?

26 11 2009

Le principe de la pile à combustible est simple, convertir l’énergie chimique en énergie électrique. Contrairement à une pile classique, les réactifs et les produits ne sont pas présents dans la pile mais apportés et évacués en continu.

Une pile à combustible comprend plusieurs cellules constituées de 2 électrodes, une négative (anode), une positive (cathode). L’hydrogène arrive par le côté de l’anode où les molécules H2 se dissocient toutes en ions H+ qui continuent leur trajet dans la pile pendant que les électrons libérés passent dans un circuit électrique. L’oxygène arrive par le côté opposé, à savoir celui de la cathode, c’est alors que les ions d’hydrogène et d’oxygène se combinent, récupérant les électrons et formant des molécules bien connue H2O.

Principe de fonctionnement d'une pile à combustible

Principe de fonctionnement d'une pile à combustible

Au final, ce système transforme de l’hydrogène et de l’oxygène en énergie électrique et en eau.

Il existe d’autres types de piles à combustible, fonctionnant avec différents combustibles (des alcools ou des hydrocarbures peuvent remplacer l’hydrogène), ou électrodes, il en existe même fonctionnant à l’aide d’eau!

Pour une explication ludique du principe de fonctionnement d’une pile à combustible je vous invite à vous rendre sur ce site: CEA ou encore Enseeg.

Sources:

Sciences.gouv, Techno-science, Enseeg, CEA, Industrie&Technologies.





L’énergie osmotique: Comment ça marche?

23 11 2009
Osmose: Principe de fonctionnement

Osmose: Principe de fonctionnement

Pour effectuer une osmose, on met de l’eau douce et de l’eau salée dans deux réservoirs distincts séparés par une fine pellicule appelée membrane semi-perméable, laissant passer l’eau mais pas le sel.

Il y a une différence de concentrations en sel entre les deux liquides que la nature se charge de rééquilibrer, cela crée un déplacement de l’eau douce vers l’eau salée générant une surpression exploitée par une turbine pour produire de l’électricité.

A noter qu’avant tout cela les eaux doivent être rigoureusement filtrées afin d’éviter de détériorer la membrane et donc diminuer l’efficacité du transfert d’eau.

Ce phénomène n’est pas si nouveau, le principe de l’osmose est déjà utilisé par les plantes pour s’alimenter et par les hommes par exemple pour le dessalement d’eau de mer. La technologie pour en tirer de l’énergie en revanche émerge dans les années 1970, développée par le chimiste Sydney Loeb, de l’université Ben-Gourion du Néguev en Israël.

L’énergie osmotique ne produit pas de CO2, et contrairement au solaire et à l’éolien, ne dépend pas des conditions extérieures pour fournir de l’électricité, ce qui lui donne une stabilité de production fortement appréciable.

L’actualité de l’énergie osmotique: Inauguration de la première centrale à production d’énergie osmotique.

Sources:

Miwim, Midi libre, Romandie news, Dynamique villeneuvoise.





Energie osmotique: L’eau devient une source d’espoir

23 11 2009
L'eau, omniprésente et essentielle

L'eau, omniprésente et essentielle

L’inauguration de la première centrale à production d’énergie osmotique du monde est prévue le mardi 24 Novembre 2009 (soit dans un peu plus de 14 heures à l’instant où l’article est rédigé). Ce projet, qui est en fait un prototype, sera installé à Hurum près d’Oslo, en Norvège.

L’exploitation de cette centrale a pour unique but de valider le potentiel de la technologie, pour l’instant elle pourrait tout au plus alimenter un appartement. Il y aura bien sur des recherches pour optimiser le système.

Chez Statkraft, une compagnie Norvégienne impliquée dans les énergies propres, on explique que cette forme d’énergie renouvelable est prometteuse car capable de produire une quantité d’électricité « prévisible et stable » rappelant que ce n’est ni le cas de l’éolien ni du solaire.

Quand eau douce et eau salée se révèlent être une solution pour notre salut énergetique.

Sources:

Miwim, Midi libre, Romandie news.